Le projet GEDI

Team

Contexte scientifique et objectifs du projet

Développé par des politistes et des économistes travaillant sur quatre industries -l’automobile, le vin, la pharmacie et l’aquaculture- ce projet repose sur le constat suivant : le gouvernement et l’administration des activités productives européennes demeure sous-étudié et mal cerné ce qui conduit à conforter le mythe – absurde – d’une intégration européenne conçue comme un processus « économique ». Fondé sur la conviction que l’intégration des économies en Europe est, au contraire, un processus gouverné, l’objectif principal de ce projet est de générer des connaissances sur le gouvernement européen des industries qui permettront de cerner la teneur de ce processus.

Par rapport à la littérature existante, nous renversons la perspective dominante qui veut que l’Etat-nation demeure l’échelle de régulation la plus prégnante en Europe et qu’elle se sépare nettement de ce qui se régule à l’échelle de l’Union européenne. Ce paradigme prive la recherche d’une nécessaire aptitude à examiner systématiquement les acteurs qui participent au gouvernement européen des industries, leurs modes d’intervention et les effets qu’elles génèrent sur les instruments de l’action publique et le comportement des firmes. Notre objectif est donc de changer de paradigme et de considérer :

  • qu’il existe un gouvernement de l’Union européenne ;
  • que, quoique fortement fragmenté, ce gouvernement possède des cohérences qui affectent l’ensemble des industries en Europe ;
  • que la comparaison intersectorielle est la voie la plus propice pour générer les connaissances sur ses effets et leurs causes.

Description du projet, méthodologie

Notre cadre d’analyse représente les industries comme étant gouvernées par des ordres institutionnels composés de quatre rapports institués fondamentaux qui concernent les manières de mobiliser ou de gérer respectivement le travail, les financements, les fournisseurs et les clients. Dotés d’une certaine stabilité, ces rapports sont néanmoins dynamiques puisqu’ils font constamment l’objet d’un travail politique pour les institutionnaliser, désinstitutionnaliser ou réinstitutionnaliser.
La comparaison inter-industrie de ces travaux politiques européens sera croisée par les hypothèses que nous formons concernant l’impact de quatre politiques communautaires « trans-industrie » :

  • La politique de la concurrence ;
  • Celle du développement durable ;
  • Les actions en matière de politique d’emploi : « la flexicurité » ;
  • Le commerce extérieur.

Selon les recherches existantes, deux des industries sélectionnées ont connu une européanisation précoce (automobile et vin) tandis que celle des deux autres a été plus tardive (pharmacie et aquaculture). Le gouvernement de chacune de ces industries, ainsi que leur rapport aux politiques trans-industrie, sera étudié à l’échelle de l’Union européenne, c’est-à-dire en cernant l’ensemble de ses arènes de délibération et de négociation (qu’elles soient ‘communautaires’, ‘nationales’, ‘transnationales’ ou ‘infra-nationales’, etc.).
Financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR) française, et composée de politistes, d’économistes et d’un historien qui proviennent pour l’essentiel de deux laboratoires de recherche bordelais (SPIRIT, le GREThA), entre 2009 et 2012 notre équipe appliquera un protocole d’enquête commun en mobilisant les entretiens semi-directifs, l’analyse statistique et celle des archives.
Résultats attendus

Sur le plan des connaissances empiriques, et pour chaque industrie, le projet générera des données nouvelles qui seront utiles pour la recherche mais aussi pour les acteurs (pouvoirs publics, responsables syndicaux, managers des entreprises…).
Ensuite, en validant ou invalidant nos hypothèses transversales, et en générant au moins trois ouvrages et de nombreux articles de revues, le projet permettra aux chercheurs impliqués de prendre part activement à trois débats scientifiques internationaux :
 

  • sur le rapport entre le politique et l’économie ;
  • sur les causes de l’intégration européenne ;
  • sur la structure et la substance du gouvernement européen de l’industrie.